Comment savoir si j'ai des remontées capillaires ?



Les remontées capillaires peuvent être la source de nombreux problèmes dans votre habitation : humidité dans les murs, apparition de champignons, écaillement de la peinture... Nous avions d'ailleurs souhaité vous alerter sur les dangers et conséquences des remontées capillaires dans notre précédent article, avec des dégâts qui peuvent survenir autant au niveau de votre maison que de votre santé, de vos biens ou de votre bien-être. Les remontées capillaires sont donc à éviter absolument, même si ce phénomène n'est pas toujours contrôlable, puisqu'il est lié à de nombreux éléments (terrain sur lequel est placé votre maison, météo, etc.).


Est-il alors possible d'identifier la présence de remontées capillaires, sans même posséder un instrument de mesure, et d'agir ainsi rapidement afin de contrer le phénomène en s'équipant d'un CasaSec ? La réponse est oui ! Nous vous expliquons aujourd'hui les différentes façons de constater que votre logement souffre de remontées capillaires.


À l'étage, c'est plus sage

Au-delà de la rime présente dans ce titre se cache pourtant une vérité qu'il est importante d'avoir en tête : les remontées capillaires ne touchent que le rez-de-chaussée. En effet, le phénomène de capillarité étant directement lié au sol sur lequel est construite la maison, la hauteur des remontées capillaires dépasse rarement 1,5 mètres dans la majorité des cas rencontrés. Si vous remarquez un problème au niveau d'un mur situé à l'étage de votre logement, il y a donc de fortes chances qu'il ne s'agisse pas d'un problème lié aux remontées capillaires.


En revanche, si vous avez un rez-de-chaussée plutôt frais en été, et froid le reste du temps, ce n'est pas bon signe. En effet, les remontées capillaires vont retenir la fraîcheur, ce qui entraînera des pièces plutôt fraîches/froides, et ce, quelle que soit la température extérieure. Si vous constatez que la sensation de froid augmente au fur et à mesure que vous vous rapprochez du mur, vous subissez certainement le phénomène chez vous. En effet, l'humidité (qui est alors présente dans le mur, même si aucun dégât visible n'est encore apparu) refroidit naturellement le corps, ce qui entraînera cette sensation de fraîcheur quelle que soit la saison.


Afin de confirmer vos doutes, vous pouvez également placer un petit hygromètre pour connaître le taux d'humidité relatif des pièces. Cette donnée sera notamment utile pour analyser l'évolution de l'humidité dans les différentes pièces au fil des mois.


L'état des murs extérieurs et intérieurs

Le véritable marqueur qui vous permettra d'identifier sans instrument de mesure si oui, ou non, vous êtes victimes de remontées capillaires, est l'état de vos différents murs. Extérieurs ou intérieurs, vos murs vous laisseront des indices qui devraient vous mettre la puce à l'oreille.


Pour les murs extérieurs :

  • si votre mur est en pierre, la couleur des joints et des pierres peuvent vous donner une indication. Si les couleurs sont plus foncées près du sol, c'est certainement signe d'humidité, et donc de remontées capillaires ;

  • si votre mur est enduit, vous pouvez éventuellement remarquer la présence de "vagues" de traces claires, l'efflorescence de sels et dans les cas les plus graves, un décollement du ciment du mur.

Pour les murs intérieurs, les indices sont majoritairement laissés par les revêtements muraux :

  • enduits : la présence de salpêtre et le décollement de l'enduit sont des signes d'une humidité dans le mur trop importante ;

  • doublés : si le mur est doublé par un lambris sur une hauteur de 1m à 1m20, attention car il peut s'agir d'un "cache-misère" ! C'est d'ailleurs la même chose si les murs de refend (murs porteurs situés à l'intérieur de la maison) sont doublés avec une isolation ;

  • peintures : si elles se décollent, cloquent ou se tachent, il y a de fortes chances que la cause de ces problèmes soit l'humidité qui remonte du sol. Il faut alors agir ;

  • papiers-peints : ici, même chose que pour les murs peints. Ainsi, si le papier-peint se décolle ou moisit en bas du mur, l'humidité est certainement trop importante à cet endroit-là.

Les plinthes présentes en bas des murs intérieurs peuvent également vous donner une indication précise. En effet, si vos plinthes pourrissent, la cause principale de ce pourrissement est sûrement un taux d'humidité trop élevé.


L'odeur dans votre habitation

Nous l'abordions rapidement dans notre précédent article sur les conséquences des remontées capillaires. Celles-ci peuvent toucher votre bien-être, voire vos biens. Si vous remarquez que les vêtements présents dans vos placards sentent mauvais, l'humidité dans les murs peut en être la cause. Par ailleurs, il est également possible que la mauvaise odeur atteigne carrément votre vaisselle !


Une mauvaise odeur dérangeante pour votre bien-être, qui peut aussi s'accompagner d'une dégradation de vos biens, comme les cuirs de vos meubles ou produits qui peuvent verdir (fauteuils, ceintures, blousons...). Ici, plus de doute possible : le phénomène de remontées capillaires est présent chez vous et il est donc nécessaire de s'équiper au plus vite d'un kit CasaSec afin de réduire l'humidité dans vos murs.



Si vous voulez savoir comment fonctionne le CasaSec et où l'installer, sachez que nous avons rédigé un article à ce sujet, et tourné une vidéo tutoriel afin d'être certain de bien installer cet équipement. L'efficacité de notre CasaSec n'est plus à prouver : si vous remarquez de vous-même la présence de remontées capillaires, contactez-nous donc rapidement afin que nous vous aidions à lutter face à ce phénomène qui peut pourrir votre quotidien !

Pour cela, vous pouvez nous joindre directement par téléphone au 06 17 90 03 11 ou nous écrire via notre formulaire de contact ou de diagnostic en ligne.

49 vues0 commentaire